Essai Volkswagen T-Cross 2024, mieux qu'un T-Roc ?

Essai Volkswagen T-Cross 2024, mieux qu’un T-Roc ?

Le Volkswagen T-Cross a reçu une mise à jour et j’ai eu la chance de le découvrir en détail. Il s’agit d’un restylage plus substantiel qu’il n’y paraît puisqu’il s’accompagne d’un design rafraîchi, d’un nouveau système d’infodivertissement, d’une meilleure qualité des matériaux et de plus d’équipements.

Il s’agit d’un lifting de milieu de cycle pour un modèle urbain qui est devenu un véritable best-seller. En seulement quatre ans, le T-Cross s’est vendu à 1,2 million d’exemplaires dans le monde. En dehors de l’Europe, il est également commercialisé sous les noms de Taigun et Tacqua.

Le T-Cross 2024 reçoit de nouvelles couleurs de carrosserie.
Le T-Cross 2024 reçoit de nouvelles couleurs de carrosserie.

Son succès est d’autant plus remarquable que ce crossover a ses ennemis chez lui, puisque Volkswagen commercialise deux autres B-SUV : le T-Roc et le Taigo. Chacun s’adresse à un public différent, certes, mais il s’agit tout de même de trois modèles qui ont de nombreux points communs. Sans oublier la SEAT Arona, la Hyundai Bayon, l’Opel Mokka et le Nissan Juke.

Un lifting complété par des projecteurs Matrix LED

En ce qui concerne le T-Cross 2024, il faut dire que le lifting a été subtil. Sur le marché espagnol, la gamme se compose des versions de base, Life et R-Line, ainsi que de l’édition spéciale Más. Le B-SUV est désormais équipé de nouveaux phares à LED, de série sur toute la gamme, contrairement au modèle précédent qui, dans sa version de base, utilisait des phares halogènes.

La version R-Line affiche une image plus dynamique et plus jeune.
La version R-Line affiche une image plus dynamique et plus jeune.

La version haut de gamme R-Line comprend les phares matriciels à LED IQ.Light proposés pour la première fois sur le T-Cross, qui s’accompagnent également d’une signature lumineuse horizontale qui s’étend jusqu’au logo de la calandre. Sur cette version, les antibrouillards ne sont plus carrés, mais se présentent sous la forme d’une ligne verticale.

D’autres modifications apparaissent dans le pare-chocs redessiné, dont l’esthétique souligne le caractère de crossover avec une grille de protection argentée. Comme d’habitude, les barres de toit sont noires ou argentées, mais une caractéristique qui pourrait passer inaperçue est que les rétroviseurs extérieurs intègrent une projection de lumière.

Les feux arrière à LED ont également été revus. Sur le T-Cross R-Line, il y a une nouvelle signature lumineuse en “X” avec des clignotants dynamiques, et au-dessus, une fine bande de LED traverse la largeur de la voiture, comme à l’avant. C’est très joli, mais il est dommage qu’il ne soit installé que sur la version la plus haute.

Outre les phares matriciels à LED, la technologie IQ.Light s'accompagne de feux arrière plus accrocheurs.
Outre les phares matriciels à LED, la technologie IQ.Light s’accompagne de feux arrière plus accrocheurs.

La marque allemande a inclus cinq modèles de jantes en alliage allant jusqu’à 18 pouces. La gamme de teintes de carrosserie a été élargie avec trois nouvelles teintes aux noms amusants pour mettre en valeur le caractère décontracté de la voiture. Le SUV peut désormais être habillé en jaune uni “Chillooon Yellow”, en rouge métallisé “Red, Red” et en bleu métallisé “Azul Azulillo”.

Ses dimensions sont inchangées pour rester un SUV à caractère urbain : il mesure 4 127 mm de long, 1 760 mm de large et 1 573 mm de haut. Il est modérément haut pour une bonne visibilité et compact pour une bonne maniabilité, ce qui semble être la taille idéale pour une voiture destinée à la ville.

Dès que l’on ouvre les portes et que l’on pénètre dans l’habitacle, on ressent une ambiance de plus grande qualité. L’ancien T-Cross faisait un usage excessif de plastiques durs, mais dans cette mise à jour, le tableau de bord a été redessiné et des matériaux doux au toucher et de nouvelles garnitures ont été ajoutés. Les garnitures des portes avant ont également été améliorées dans les versions supérieures. La sellerie est également nouvelle et l’atmosphère générale est plus accueillante, ce qui m’a impressionné.

Le tableau de bord du T-Cross 2024 est plus attrayant à l'œil et au toucher.

Le tableau de bord du T-Cross 2024 est plus attrayant à l’œil et au toucher.

Toutes les versions sont équipées de série de l’instrumentation numérique Digital Cockpit avec un écran de 8 pouces qui passe à 10,25 pouces dans la version R-Line. Sur le T-Cross 2024, la climatisation manuelle est proposée sur la version de base, tandis que toutes les autres versions sont équipées du système de climatisation bizone Air Care Climatronic. Bien qu’il puisse être commandé à partir de l’écran multimédia, il dispose également de son propre module avec des commandes tactiles.

La star de l’intérieur est le système multimédia remanié. L’écran tactile mesure 8 pouces, tandis que la version haut de gamme dispose d’un écran de 9,2 pouces. Le système d’infodivertissement a été mis à jour, ce qui le rend plus fluide et plus facile à utiliser. Bien entendu, il dispose de la connectivité Apple CarPlay et Android Auto.

FIAT dévoile ses projets d’avenir avec la Panda en point de mire : elle arrivera en juillet et sera suivie de quatre autres carrosseries au style rétro

Derrière, il n’y a pas de nouveautés flagrantes. Le nouveau T-Cross reste l’un des crossovers urbains les plus spacieux à l’arrière, de sorte que, malgré sa longueur compacte, il est fonctionnel pour un usage familial. Un détail fantastique que son prédécesseur possédait déjà est que la banquette arrière peut être déplacée de 140 mm.

En outre, la capacité de transport est importante. Le coffre offre un volume de 385 à 455 litres, selon la position de la banquette coulissante, et le chargement peut être positionné à deux hauteurs. Les sièges arrière peuvent être rabattus en 60/40 pour augmenter le volume de stockage à 1 281 litres.

Mais l’aspect pratique de cette voiture ne s’arrête pas là. Le siège du passager avant peut être rabattu pour laisser un espace de chargement plat de l’arrière à l’avant, d’une longueur de 2 398 mm. Par ailleurs, un compartiment de rangement peut également être aménagé sous le siège avant droit. Superbe modularité dans le segment des B-SUV.

La formidable modularité permet une capacité de chargement remarquable pour une citadine.
La formidable modularité permet une capacité de chargement remarquable pour une citadine.

Puisque je parle de chargement, il convient également de mentionner que le nouveau T-Cross a augmenté la charge maximale de la barre d’attelage amovible en option de 55 kg à 75 kg. Ces 20 kg supplémentaires peuvent s’avérer très utiles pour transporter des vélos électriques sur un porte-vélos monté directement sur la barre d’attelage.

Sous le capot, il n’y a pas de surprise. Le SUV de Volkswagen est propulsé par les moteurs à essence familiers qui étaient déjà disponibles sur son prédécesseur. L’inconvénient est qu’il n’y a pas d’option d’électrification et qu’il n’y a donc aucune chance de bénéficier du label environnemental Eco qui peut être si souhaitable pour une voiture destinée à un usage principalement urbain.

Jeep Avenger 4xe : hybride et transmission intégrale pour s’évader en ville

Pas de label Ecologique : le T-Cross n’opte pas pour l’électrification

Le moteur principal est le trois cylindres TSI de 1,0 litre, avec deux niveaux de puissance. Dans une version d’entrée de gamme, 95 ch sont disponibles avec une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports, mais la variante de 115 ch représentera la majeure partie des ventes. Elle peut être associée à une boîte de vitesses manuelle à six rapports ou à la boîte automatique à double embrayage DSG à sept rapports.
Avec ses 4,13 m de long, le crossover allemand est facile à conduire en ville.

Le haut de gamme est un moteur quatre cylindres 1,5 TSI de 150 ch, toujours associé à la boîte DSG7. C’est certainement le choix le plus souhaitable, non seulement en raison de ses performances plus élevées, mais aussi parce qu’il est plus raffiné que le trois cylindres, mais coûte 2 100 euros de plus que le 1.0 TSI 115 DSG.

La plupart des clients opteront pour l’option 115 ch, comme c’était le cas avec le modèle précédent. C’est normal car il offre déjà des performances plus que suffisantes pour une voiture de ce type, avec une consommation modérée, comprise entre 6 et 6,5 l/100 km de manière réaliste. Il est confortable et pratique, une combinaison idéale dans cette catégorie. Quelle que soit la version, le T-Cross est bien équilibré, ses réactions sont prévisibles et il met le conducteur en confiance.

L’équipement de sécurité de série dès la version d’entrée de gamme comprend des airbags frontaux, latéraux et rideaux, une aide au freinage d’urgence (Front Assist), un système de détection des piétons, un système de détection de la fatigue et des distractions, un système de reconnaissance des panneaux de signalisation et un assistant d’aide au maintien de la trajectoire (Lane Assist).

 

La gamme de groupes motopropulseurs se compose exclusivement de moteurs à essence.
La gamme de groupes motopropulseurs se compose exclusivement de moteurs à essence.

Le nombre d’assistants de conduite est également intéressant pour une voiture de ce segment. Le T-Cross peut être équipé du système d’aide au stationnement, qui permet au conducteur d’actionner les pédales et le levier de vitesse, la voiture se chargeant du reste des manœuvres. Il peut également être équipé de l’assistance aux angles morts ou de l’assistance au stationnement arrière.

Le système optionnel Travel Assist, qui permet une conduite semi-autonome, est une nouveauté. Le Travel Assist contrôle la vitesse du véhicule, accélère ou freine en fonction de la présence d’autres véhicules sur la route et en tenant compte des limitations de vitesse, des virages et des ronds-points, et agit également en conjonction avec le Lane Assist. Sur les versions DSG, il peut également effectuer automatiquement des opérations d’arrêt-démarrage.

Par rapport au modèle qu’il remplace, le Volkswagen T-Cross 2024 laisse une très bonne impression. C’est une voiture plus complète, avec une nette amélioration de la qualité intérieure et un système multimédia plus moderne. En outre, il offre une excellente polyvalence et une grande flexibilité intérieure, bien que les moteurs hybrides doux fassent encore défaut.

Un autre inconvénient pourrait être son prix. Le T-Cross est le SUV le plus abordable de Volkswagen, mais “abordable” ne signifie plus “bon marché” pour la marque allemande. Il démarre à 23.970 euros dans sa version de base, ce qui est supérieur à la moyenne. Au moins pendant la période de lancement, une campagne de réduction permet de ramener le prix à 21 950 euros, ce qui est un peu plus intéressant.

Le meilleur rapport prix/équipement est offert par la finition Plus qui, pour 200 euros de plus que la Life, ajoute 2 300 euros d’équipements. Si vous souhaitez opter pour un modèle très équipé avec la finition R-Line, vous dépasserez largement la barre des 30 000 euros. Avec de tels prix, cela vaut peut-être la peine de sauter le pas pour le Volkswagen T-Roc ?

Julien Caron

Spécialiste sports mécaniques et compétitions - Julien vit au rythme des circuits et des chronos. Tombé dans la passion des courses automobiles enfant, il a fait de sa passion son métier. De la Formule 1 au rallye, il suit les compétitions avec ferveur, offrant aux lecteurs des reportages palpitants et des analyses pointues sur les performances et les stratégies des équipes.

Voir tous les articles de Julien Caron →