Avec une consommation de 4,5 litres, ce SUV hybride est un véhicule polyvalent à un prix plus abordable

Avec une consommation de 4,5 litres, ce SUV hybride est un véhicule polyvalent à un prix plus abordable

Tous les modèles de voitures ne connaissent pas toujours le succès commercial qu’ils méritent. Que ce soit par manque de sensibilisation des clients ou parce qu’il existe des propositions plus intéressantes dans le secteur, certains véhicules sont négligés au moment de l’achat.

Cela peut se produire notamment dans le segment C des SUV, où l’offre en France est assez généreuse et où il est difficile de se démarquer parmi tant d’options possibles. Lorsqu’il s’agit de SUV hybrides non rechargeables, Toyota, Hyundai et Kia viennent à l’esprit, mais ils ne sont pas les seuls, ni les leaders dans tous les aspects de la catégorie.

C'est un concurrent de taille qui se situe entre le Sportage et le Tucson.
C’est un concurrent de taille qui se situe entre le Sportage et le Tucson.

La Renault Austral E-Tech, dont la version hybride pure a toutes les raisons d’être un achat judicieux, est une voiture très bien équilibrée qui constitue une véritable alternative aux marques susmentionnées. Ce n’est pas la plus vendue des voitures susmentionnées, ni la plus puissante, ni celle qui offre le plus d’espace pour les bagages, mais il y a d’autres aspects importants et, dans tous les cas, son intérêt n’est pas perdu pour autant.

Nous parlons d’une voiture qui mesure 4,51 mètres de long et dispose d’un volume de coffre de 430 litres. La référence en la matière est le Hyundai Tucson et le Kia Sportage HEV, qui se distinguent dans le segment avec jusqu’à 616 litres dans le cas du modèle Hyundai. Cela n’enlève rien au fait que l’espace de chargement arrière de l’Austral est plus que suffisant pour les bagages.

Il annonce un coffre de 430 litres.

Sur le plan mécanique, le SUV HEV de Renault est propulsé par un moteur trois cylindres 1,5 litre de 131 ch et deux moteurs électriques, développant respectivement 34 ch et 68 ch. La puissance totale de l’Austral E-Tech dans cette version est de 199 ch.

Pour les modèles sud-coréens, un moteur quatre cylindres à essence est utilisé et, dans les deux cas, ils produisent 230 ch, soit un peu plus que le modèle français. Les modèles sud-coréens sont équipés d’un moteur quatre cylindres à essence. Mais la configuration de l’Austral permet une consommation de 4,5 litres aux 100 kilomètres, contre 5,6 litres pour le Sportage et le Tucson dans les mêmes conditions.C’est une consommation inférieure au segment, dans le cas du modèle Renault, comparable à celle de la Toyota Yaris Cross Hybrid. Cette amélioration est le résultat d’un bloc de plus petite cylindrée, moins puissant que ses concurrents, ainsi que de l’efficacité d’une mécanique électrifiée avec deux moteurs zéro émission au lieu d’un.

La batterie électrique d’une capacité de 2 kWh est également un atout pour la voiture française, comparée à la capacité de 1,49 kWh de Hyundai et Kia.

Un détail très important et décisif est le prix. Il faut parler ici d’une stratégie claire de la Renault Austral E-Tech, dont le prix de 35 815 euros se situe juste entre le Hyundai Tucson (34 325 euros) et le Kia Sportage (37 200 euros). Une décision intéressante pour voler des parts de marché à ces derniers, qui ont tous une référence dans le segment, le Nissan Qashqai e-Power, qui démarre à 31 900 euros.

Alain

Alain rédacteur en chef , né en 1964 dans une petite ville pittoresque du sud de la France, a toujours été fasciné par le rugissement des moteurs et l'éclat des carrosseries. Dès son plus jeune âge, il passait des heures à feuilleter les magazines automobiles de son père, rêvant des voitures qu'il conduirait un jour. Après avoir obtenu son baccalauréat, Alain a décidé de poursuivre sa passion pour l'automobile en étudiant le journalisme, avec l'espoir de combiner ses deux amours : l'écriture et les voitures.

Voir tous les articles de Alain →