Moins cher que le modèle Y : le SUV haut de gamme de Toyota coûte désormais près de 7 000 euros de moins

Moins cher que le modèle Y : le SUV haut de gamme de Toyota coûte désormais près de 5 000 euros de moins

Le bZ4X est le premier SUV électrique lancé par Toyota. Bien qu’il n’ait pas répondu aux attentes en matière de ventes, le constructeur japonais souhaite lui donner un nouvel élan en réduisant son prix de près de 5 000 euros, afin de rendre cette voiture plus compétitive, rejoignant ainsi la stratégie appliquée par la plupart des marques.

Une grande partie de la concurrence a baissé ses modèles ces dernières semaines : de Tesla à Volkswagen, Renault, Nissan et Ford. Il est vrai aussi que les prix ont flambé au lendemain de la pandémie, avec de nombreux problèmes de chaîne d’approvisionnement, une escalade brutale du coût des matières premières et, de manière générale, une période inflationniste qui n’a pas semblé connaître de répit.

Toyota bz4x
Avec ses 4,69 m de long, la bZ4X rivalise avec l’ID.4, le modèle Y et la Ioniq 5.

La bZ4X de Toyota rejoint désormais ces remises et la raison est évidente : rester compétitif sur un marché de plus en plus disputé. Le modèle japonais doit se battre dans le même segment que la Tesla Model Y, la voiture électrique la plus vendue au monde, la Volkswagen ID.4, la troisième voiture électrique la plus populaire en Europe, ou la Hyundai Ioniq 5, l’une des plus avancées et des plus spectaculaires.

Le Toyota bZ4X est désormais proposé à partir de 34 900 euros pour la version 200E Advance, soit une baisse de 5000 euros par rapport aux 39 000 euros qu’il coûtait auparavant.

intérieur du toyota bz4x
Le Toyota Smart Connect avec écran de 12,3 pouces est de série.

Cette version d’entrée de gamme affiche une autonomie de 436 kilomètres en cycle WLTP grâce à une batterie d’une capacité de 71 kWh. La consommation combinée est de 14,6 kWh/100 km en homologation et son moteur électrique délivre une puissance de 204 ch (150 kW) et un couple de 265 Nm.

Pour ceux qui recherchent les quatre roues motrices, il existe la version 220E, qui sacrifie un peu d’autonomie au profit d’une plus grande puissance et d’une transmission intégrale. Le bZ4X 220E développe une puissance de 218 ch (160 kW) et un couple de 336 Nm grâce à deux moteurs identiques, un sur chaque essieu, développant chacun une puissance de 109 ch (80 kW). Il utilise la même batterie, mais l’autonomie reste dans ce cas de 418 kilomètres selon le cycle WLTP.

La bZ4x d'entrée de gamme
La bZ4x d’entrée de gamme est proposée à 42 000 euros hors taxes.

Le bZ4X 220E est désormais proposé à partir de 45 000 euros, soit une nouvelle baisse substantielle par rapport aux 51 600 euros précédents. Comme la version 4×2, elle est éligible au plan Moves III, qui peut faire baisser le prix jusqu’à 38 000 euros.

Elle est proposée en six couleurs de carrosserie et deux modèles de jantes. Il n’y a qu’une seule option pour l’intérieur et son équipement est fermé. Seuls quelques accessoires sont disponibles en option.

Moins chère que la Tesla Model Y

Avec ce nouveau prix, le SUV le plus avancé technologiquement de Toyota est 8090 euros moins cher que le prix de base de la Tesla Model Y, qui commence à 42.990 euros avant incitations.

La Tesla Model Y est actuellement la voiture la plus vendue au monde.

Cependant, la Tesla a une plus grande autonomie (455 kilomètres), une charge rapide plus puissante (170 kW), est plus grande et plus spacieuse, a un coffre nettement plus grand et est également plus puissante (299 ch).

Par rapport à la Volkswagen ID.4, actuellement plus abordable, la Toyota est moins chère de 6 015 euros, mais son autonomie est nettement inférieure. Le modèle allemand, construit sur la plateforme MEB, revendique 550 kilomètres d’autonomie dans la version ID.4 Pro de 286 ch à propulsion arrière, bien que la charge soit moins puissante dans le SUV de Volkswagen.

Antoine Petit

Rédacteur, actualité automobile - Avec un œil critique et une plume affûtée, Antoine décrypte l'actualité automobile au quotidien. De l'économie de l'auto aux mouvements écologiques, il analyse les tendances et les enjeux du secteur avec une perspective globale. Son expertise fait de lui la voix de référence pour comprendre les dynamiques qui façonnent le monde automobile.

Voir tous les articles de Antoine Petit →