Renault explique sa stratégie consistant à toujours maintenir « deux jambes » dans chaque segment de marché

Renault explique sa stratégie consistant à toujours maintenir « deux jambes » dans chaque segment de marché

Le groupe Renault et son homologue ne proposeront pas de gamme composée exclusivement de voitures électriques avant au moins 10 ans, selon les dernières déclarations de Fabrice Cambolive, PDG de Renault, relayées par Actualités Automobiles Europe. En parallèle, la production de véhicules thermiques continuera pour satisfaire la demande significative en Europe pour ces modèles.

Néanmoins, Renault s’engage à enrichir son offre de modèles zéro émission dans les années à venir, tout en envisageant de prolonger la durée de vie de ses moteurs à essence grâce à des systèmes électrifiés. Luca de Meo, PDG du groupe Renault, avait initialement annoncé qu’en 2030, l’entreprise viserait une vente exclusive de voitures électriques. Toutefois, cette ambition dépendrait fortement de la demande pour ces technologies. Après deux ans d’évaluation, la direction reconnaît désormais que ce passage à l’électrique sera reporté à 2034 au plus tôt.

“Notre stratégie repose sur la mise en place de ‘deux branches’ dans chaque segment : une offre à combustion interne équipée de la technologie hybride et une option entièrement électrique”, explique Cambolive lors d’une interview. Cette dualité stratégique offre à Renault la flexibilité nécessaire pour s’ajuster aux fluctuations du marché, en privilégiant une technologie ou l’autre en fonction de la demande.

Cela ne signifie toutefois pas que Renault va cesser d’élargir sa gamme de véhicules entièrement électriques dans le futur proche.

“Pour moi, l’enjeu n’est pas de nous limiter uniquement aux véhicules électriques en 2030. Nous ambitionnons de suivre les tendances en proposant deux offres hautement compétitives dans notre gamme, pour chacune des branches. Cette stratégie sera pertinente pour les dix prochaines années”, assure-t-il.

La Renault 5 comme pilier fondamental

La récente présentation de la Renault 5 marque un tournant important pour l’avenir électrique à court terme de la marque. Avec une liste d’attente de 50 000 personnes intéressées, selon Cambolive, ce modèle est destiné à conquérir un large éventail de la société européenne en devenant une voiture populaire et durable.

La conception de la Renault 5, pensée pour traverser les décennies, s’inscrit dans une perspective de longévité similaire à celle d’icônes telles que la Porsche 911 ou la FIAT 500, d’après Laurens van den Acker, responsable du design chez Renault.

L’arrivée prochaine de la Renault 4 en tant qu’alternative crossover et de la nouvelle Twingo électrique, le modèle le plus accessible de la gamme prévu pour 2026, complète cette vision. Parallèlement, Renault continuera de proposer des versions hybrides de modèles emblématiques comme la Clio.

Il est prévu que les réservations pour la Renault 5 ouvrent officiellement en mai, avec des livraisons démarrant durant l’été. Le prix de lancement devrait être inférieur à 25 000 euros, bien que cette information reste à préciser.

Antoine Petit

Rédacteur, actualité automobile - Avec un œil critique et une plume affûtée, Antoine décrypte l'actualité automobile au quotidien. De l'économie de l'auto aux mouvements écologiques, il analyse les tendances et les enjeux du secteur avec une perspective globale. Son expertise fait de lui la voix de référence pour comprendre les dynamiques qui façonnent le monde automobile.

Voir tous les articles de Antoine Petit →