Renault cherche à adopter la clé du succès de BYD pour ses futures voitures électriques

Renault cherche à adopter la clé du succès de BYD pour ses futures voitures électriques

L’une des tendances actuelles des voitures électriques est l’incorporation de batteries LFP (lithium-ferrophosphate), qui sont moins chères et plus performantes que d’autres types de batteries. C’est l’une des clés du succès de BYD dans le domaine des voitures électriques et hybrides, grâce à ses batteries Blade, très sûres et durables, qui ont précisément cette composition.

Cependant, pour ses nouvelles voitures électriques, Renault a choisi de suivre une voie différente en utilisant des batteries NMC (nickel, manganèse, cobalt). C’est le cas de modèles comme la nouvelle Renault 5, où ce type de batterie a été annoncé dès le début, écartant ainsi les batteries LFP.

Les choses pourraient cependant changer. Selon le média français Les Echos, Renault recherche un fournisseur de batteries LFP en vue de les intégrer dans ses futures voitures électriques. Cela leur permettrait de proposer des véhicules moins chers et plus compétitifs par rapport à leurs concurrents de toutes marques.

Batterie NMC ou LFP : le dilemme de Renault

La réalité est que les batteries NMC de la Renault 5 (et de la future Renault 4 E-Tech électrique) sont limitées en termes de puissance de charge par rapport aux batteries LFP, du moins dans la version la plus petite de 40 kWh. Alors que la NMC ne permet qu’une charge lente de 11 kW en courant alternatif, la LFP permet une charge rapide, pouvant atteindre jusqu’à 100 kW, comme dans la Citroën ë-C3.

Il en va de même pour l’autonomie. Dans sa version de 40 kWh, la batterie NMC de la Renault 5 offre 300 kilomètres d’autonomie, tandis que l’équivalent LFP de la Citroën peut atteindre 320 kilomètres. À ce stade, c’est la LFP qui l’emporte.

D’autre part, le rapport des Echos indique que Renault a demandé à son fournisseur de batteries pour la R5, Envision AESC, de fournir des batteries LFP. Cependant, Envision AESC aurait refusé, obligeant Renault à chercher d’autres fournisseurs. Jusqu’à présent, LG est envisagé, mais rien n’est encore concret.

Quelle sera la première Renault équipée de batteries LFP ?

Tout porte à croire que la première Renault électrique équipée de batteries LFP sera la prochaine Twingo, qui devrait faire ses débuts en 2026. Avec ce modèle, Renault entend concurrencer la Mouette de BYD en offrant une efficacité énergétique élevée, un équipement complet, un design attractif et, surtout, un prix très compétitif.

Par la suite, les batteries LFP devraient équiper les autres modèles électriques d’entrée de gamme de la marque, comme la Renault 5 E-Tech et la future Renault 4 E-Tech, dont la première mondiale est prévue pour octobre prochain. Cependant, dans un premier temps, ces deux voitures seront équipées de batteries NMC.

Alain

Alain rédacteur en chef , né en 1964 dans une petite ville pittoresque du sud de la France, a toujours été fasciné par le rugissement des moteurs et l'éclat des carrosseries. Dès son plus jeune âge, il passait des heures à feuilleter les magazines automobiles de son père, rêvant des voitures qu'il conduirait un jour. Après avoir obtenu son baccalauréat, Alain a décidé de poursuivre sa passion pour l'automobile en étudiant le journalisme, avec l'espoir de combiner ses deux amours : l'écriture et les voitures.

Voir tous les articles de Alain →