-

La fin des écrans embarqués : les constructeurs sont contraints de passer à l’analogique

L'intégration d'écrans embarqués dans les voitures a suscité de nombreuses controverses dès le départ, notamment parce qu'ils ont été considérés comme une source de distraction pendant la conduite.

Malgré cela, de plus en plus de voitures sont équipées de grands écrans tactiles à l’intérieur, et ces écrans représentent une avancée majeure dans l’industrie automobile.

En pratique, et malgré la controverse, les grands écrans sont extrêmement populaires auprès des constructeurs, car ils sont généralement bien acceptés par les utilisateurs, car ils fournissent une multitude d’informations et peuvent être utilisés pour commander des fonctions plus rapidement et avec plus de précision. Cependant, malgré cette tendance, certains sont sceptiques quant aux avantages de ces écrans et se concentrent plutôt sur leurs inconvénients.
La bataille pour la facilité d’utilisation et la sécurité routière

La nécessité d’utiliser l’écran tactile pour des tâches qui pouvaient auparavant être effectuées par un simple toucher est l’une des principales préoccupations liées aux écrans tactiles. Cette transition soulève de nombreuses questions concernant la sécurité routière et la convivialité générale du véhicule.

D’une part, l’interaction avec un écran pendant la conduite peut devenir un facteur de perte de concentration et donc augmenter le risque d’accident. C’est précisément la raison pour laquelle les autorités ont interdit l’utilisation des téléphones portables au volant.

À cet égard, il convient également de noter que les nouvelles fonctions de l’assistant Google et le verrouillage des applications lorsque le véhicule est en mouvement sont quelques-unes des technologies que Google a ajoutées aux dernières versions d’Android Auto pour aborder ces questions d’un point de vue global et beaucoup plus responsable.
Le passage à des commandes physiques traditionnelles

En conséquence, un certain nombre de mesures ont été prises pour résoudre ce problème par le principal programme d’évaluation de la sécurité automobile en Europe, Euro NCAP.

Euro NCAP a pris la décision d’exiger des commandes physiques traditionnelles dans l’habitacle des véhicules en raison de l’utilisation excessive d’écrans tactiles dans l’industrie. L’objectif de cette mesure est de réduire la nécessité de détourner le regard de la route lors de l’utilisation de commandes de base telles que les clignotants, les feux de détresse, les essuie-glaces, le klaxon et les fonctions d’urgence.

Dans ce contexte, Euro NCAP commencera à privilégier les véhicules qui conservent des commandes physiques pour les aspects de sécurité routière, même si les écrans tactiles ne seront pas totalement interdits.

Comme nous pouvons le constater, cette décision ouvre la porte aux commandes physiques à l’avenir, même si actuellement les écrans continueront à contrôler les fonctions de divertissement et de climatisation. Si la plupart des constructeurs ne rencontreront pas de problèmes avec leurs modèles actuels, ceux qui ont opté pour des commandes haptiques devront revenir à des commandes physiques. Ce changement a pour but d’orienter la tendance du marché vers une plus grande priorité accordée à la sécurité routière.

Il est important de noter qu’Euro NCAP n’a pas le pouvoir d’élaborer une législation interdisant les écrans tactiles. Cependant, les consommateurs considèrent les notes de sécurité Euro NCAP comme un facteur important dans le choix d’un véhicule.

Sur la base des notes Euro NCAP, les constructeurs sont susceptibles d’apporter des modifications pour maintenir une solide réputation en matière de sécurité afin de gagner la confiance des utilisateurs. En résumé, le retour aux contrôles physiques des véhicules constitue une avancée significative pour la sécurité routière et l’industrie automobile contemporaine devra s’adapter à ces changements pour garantir des niveaux de sécurité de base.

Antoine Petit
Antoine Petit
Rédacteur, actualité automobile - Avec un œil critique et une plume affûtée, Antoine décrypte l'actualité automobile au quotidien. De l'économie de l'auto aux mouvements écologiques, il analyse les tendances et les enjeux du secteur avec une perspective globale. Son expertise fait de lui la voix de référence pour comprendre les dynamiques qui façonnent le monde automobile.

Partager cet article

Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici