Conquérir le marché des véhicules électriques : une course de fond pour les constructeurs européens

Conquérir le marché des véhicules électriques : une course de fond pour les constructeurs européens

C’est en 1972 que Renault a présenté sa Renault 5 au Salon international de l’automobile de Genève. La Cinq s’est vendue à des millions d’exemplaires et est devenue une référence pour de nombreux autres acteurs de l’industrie. Le même salon de l’automobile ouvre l’édition de cette année dans un monde radicalement différent de celui de l’époque.

L’année dernière a été la plus chaude jamais enregistrée. Les gouvernements, conscients qu’une grande partie des émissions de carbone provient du transport routier, exigent que la vente de voitures électriques soit accélérée. Et même si Renault a dévoilé à Genève une toute nouvelle version électrique de son modèle emblématique, de sérieux doutes subsistent quant à la capacité des constructeurs automobiles traditionnels à se réinventer pour cette nouvelle ère.

Les ventes de voitures électriques à batterie ont augmenté de près d’un tiers en Europe l’année dernière, une croissance convenable compte tenu des taux d’intérêt élevés, des perturbations dans les transports et de la suppression progressive de certaines subventions en faveur des véhicules électriques. Mais le rythme de croissance s’est ralenti et les réductions d’émissions de CO2 sont loin d’atteindre les objectifs climatiques de l’UE.

Renault 5 E-Tech : la plus belle voiture de 2024 est un hommage magnifiquement exécuté à la légendaire R5

Les constructeurs automobiles ont non seulement la possibilité, mais aussi l’obligation de faire mieux. Au lieu de cela, certains d’entre eux remettent en question les mandats gouvernementaux et reviennent sur leurs projets, avec l’approbation discrète de certains investisseurs. Ce manque de perspective n’aura pas seulement un coût climatique, il met en péril la survie même du secteur automobile et de l’emploi en Europe.

Les ventes de véhicules électriques ralentissent parce que l’offre électrique est loin de correspondre à ce que recherche l’acheteur européen moyen. Sur l’ensemble du marché automobile, plus de quatre cinquièmes des conducteurs optent pour des voitures de petite et moyenne taille. Or, près de la moitié des modèles électriques disponibles aujourd’hui sont de grosses voitures haut de gamme.

La demande de petites voitures électriques abordables est une réalité. Le lancement du programme français de location à bas prix au début de l’année, qui propose des petites voitures électriques à partir de 25 000 euros pour 100 euros par mois, a été quatre fois plus populaire que prévu. Et bien que Renault, Stellantis et Volkswagen aient annoncé le lancement de modèles abordables, seules 42 000 unités devraient être produites cette année.

Entre-temps, le besoin de véhicules électriques abordables est comblé ailleurs. Sur les quelque 2 millions de voitures électriques vendues en Europe l’année dernière, environ 370 000 ont été importées de Chine. Les modèles chinois, tels que l’Atto3 de BYD et la 4 de MG, remplacent rapidement les anciens leaders des ventes tels que la Tesla Model 3 et la Dacia Spring.

Essai Volkswagen T-Cross 2024, mieux qu’un T-Roc ?

La manière dont le secteur automobile européen réagit déterminera son avenir.

Certains acteurs de l’industrie pensent qu’ils peuvent ralentir le rythme maintenant et reprendre plus tard, lorsque les marges des voitures électriques seront meilleures. Ford et VW réduisent leurs plans de production de véhicules électriques, et Stellantis reste évasif quant à un éventuel scénario de “victoire populiste” dans l’UE et aux États-Unis. Cela ne contribuera pas à améliorer les résultats des entreprises ni à protéger leurs parts de marché. Il y aura des hauts et des bas, bien sûr, mais de l’Inde au Chili, le monde s’électrifie.

Les constructeurs automobiles historiques devraient plutôt se préparer à une course de fond. Cela implique d’accélérer la production de véhicules électriques et d’investir dans la prochaine génération de technologies de batteries. Au début, les bénéfices seront peut-être moindres et les actionnaires mécontents. Mais c’est le seul moyen de rester compétitif à long terme.

Les décideurs politiques européens devraient également intervenir. Les mesures d’incitation en faveur des véhicules électriques, conçues pour promouvoir une fabrication propre et locale, sont un bon début. Pour sa part, la Commission européenne a raison d’envisager des droits de douane sur les véhicules électriques, mais elle a tort de penser que cela empêchera les marques chinoises de débarquer en Europe. Elles construiront des usines locales. La seule chose qui peut empêcher cela est une augmentation de l’offre de véhicules électriques à batterie locaux et abordables.

Voitures électriques : tout va changer avec ces nouvelles batteries

Cela signifie qu’il faut consacrer beaucoup plus de capitaux à la fabrication de voitures électriques compactes pour le marché de masse. Cela est possible grâce à la baisse des prix des matières premières et à l’amélioration de la technologie des batteries. Selon l’analyse réalisée l’année dernière par Transport & Environment, sur la base d’estimations prudentes, une petite voiture électrique coûtant 25 000 euros peut être construite en Europe d’ici 2025 avec des marges raisonnables.

La compétition pour conquérir le conducteur européen moyen est sur le point de devenir très sérieuse. S’ils veulent rester dans la course, les constructeurs historiques n’ont d’autre choix que d’adopter une stratégie ascendante et de réinventer leurs petites voitures emblématiques pour la production de masse dans cette nouvelle ère électrique.

Alain

Alain rédacteur en chef , né en 1964 dans une petite ville pittoresque du sud de la France, a toujours été fasciné par le rugissement des moteurs et l'éclat des carrosseries. Dès son plus jeune âge, il passait des heures à feuilleter les magazines automobiles de son père, rêvant des voitures qu'il conduirait un jour. Après avoir obtenu son baccalauréat, Alain a décidé de poursuivre sa passion pour l'automobile en étudiant le journalisme, avec l'espoir de combiner ses deux amours : l'écriture et les voitures.

Voir tous les articles de Alain →