BYD dévoile officiellement la supercar électrique chinoise la plus spectaculaire à ce jour

BYD dévoile officiellement la supercar électrique chinoise la plus spectaculaire à ce jour

Après une longue période de dévoilement et de pré-lancement, la YangWang U9 est enfin officielle. La marque la plus luxueuse et la plus exclusive de l’univers BYD met un point d’orgue au développement de la supercar électrique chinoise la plus imposante à ce jour.

La U9 a pour objectif de défier les marques les plus extrêmes du marché avec une voiture qui impressionne par tous ses chiffres. Son acronyme, U9, signifie Ultimate 9. L’annonce du lancement de la marque YangWang en Europe pourrait ouvrir la porte à l’arrivée de la U9, même si elle ne sera pas aussi bon marché qu’initialement prévu.

Il y a près d’un an, BYD, par l’intermédiaire de YangWang, nous a donné les premiers indices de sa voiture la plus attrayante, la plus chère et la plus exigeante. La U9 était présentée comme un produit presque fini, dont la technologie était la pointe de la flèche. Lors de cette première avant-première officielle, la suspension a occupé presque plus de place que la voiture elle-même.

YangWang a montré comment la voiture était capable de rouler avec seulement trois de ses quatre roues comme si de rien n’était. La suspension DiSus-X est devenue la marque de fabrique de la voiture. Les amortisseurs hydrauliques de pointe promettent d’excellentes performances et un grand confort.

Avant de la YangWang U9
Les portes en ciseaux seront l’un des points forts de la U9.

1 287 chevaux et près d’un quart de million d’euros

Ce n’est évidemment pas la seule qualité de la U9. Son véritable cœur se cache dans chacune de ses roues. Elle intègre quatre moteurs électriques, un pour chaque roue, capables de tourner indépendamment jusqu’à un maximum de 21 000 tours.

Ensemble, ils produisent une puissance maximale de 947 kW / 1 287 ch et un couple maximal de 1 680 Nm. Grâce à cette transmission intégrale, la YangWang U9 peut passer de 0 à 100 kilomètres à l’heure en seulement 2,36 secondes et parcourir le quart de mille en 9,78 secondes. La vitesse de pointe officielle et extrêmement détaillée est de 309,19 km/h (189,19 mph).

La U9 n’est pas la supercar la plus compacte du monde. Elle mesure 4,97 mètres de long et dispose d’un empattement généreux de 2,9 mètres. Entre les deux se trouve une batterie fabriquée par BYD avec une chimie LFP et une capacité de 80 kWh, ce qui lui permet d’atteindre une autonomie de 465 kilomètres sur le cycle d’homologation CLTC.

Pour la recharge, elle dispose d’alimentations ultra-rapides, jusqu’à 500 kW en courant continu, ce qui permet de charger de 30 à 80 % en seulement 10 minutes. Malgré ses performances exagérées, l’U9 montre un sérieux problème sur la balance puisqu’il affiche un poids de 2 475 kilogrammes, dont 633 kilogrammes pour la batterie. Ce qui n’est pas rien pour une supercar.

L'arrière de la YangWang U9
L’énorme aile arrière est capable de générer 280 kilogrammes d’appui aérodynamique.

Il y a quelques jours, nous avons pu voir à quoi ressemble l’intérieur de la nouvelle créature chinoise. L’habitacle est aussi avant-gardiste que l’extérieur. Trois écrans dominent l’affichage technologique, tandis que l’on retrouve dans tout l’habitacle des éléments et des matériaux typiques du monde de la course.

Enfin, le facteur prix n’est pas le moindre. Le U9 a été initialement annoncé à un prix estimé à un million de yuans, mais ce prix minimum est finalement passé à 1,68 million de yuans. En convertissant les devises, cela revient à 215 400 euros. Bien qu’il ne s’agisse pas du prix d’origine, c’est un bon prix pour une telle voiture.

Antoine Petit

Rédacteur, actualité automobile - Avec un œil critique et une plume affûtée, Antoine décrypte l'actualité automobile au quotidien. De l'économie de l'auto aux mouvements écologiques, il analyse les tendances et les enjeux du secteur avec une perspective globale. Son expertise fait de lui la voix de référence pour comprendre les dynamiques qui façonnent le monde automobile.

Voir tous les articles de Antoine Petit →